Retour à l'accueil


La protection la plus simple et la moins onéreuse consiste à protéger son manuscrit en se l'adressant en recommandé à soi-même par la poste. A réception de la lettre, on ne l'ouvre pas et on la garde précieusement pour faire valoir ses droits d'antériorité devant un tribunal si besoin en était un jour. Le cachet de la poste tient lieu de preuve de "date de dépôt" à condition que l'enveloppe ne soit pas ouverte.
 Cependant, une autre procédure, que nous conseillons, consiste à déposer le manuscrit sous pli scellé à la Société des Gens De Lettres (SGDL), qui demande environ 45 euros pour une conservation de 4 ans (tarifs 2005), renouvelable (la société envoie un courrier à l'échéance). C'est ce qu'il y a de mieux, et la société est très rigoureuse.

Pour connaître le détail de la procédure,
il faut téléphoner à la SGDL (Paris) : 01 53 10 12 10 (si le n° n'a pas changé depuis 2 ans).

Enfin, par sécurité, il n'est pas inutile d'envoyer son manuscrit à l'éditeur en recommandé avec accusé de réception, mais certains, surtout les petites structures, n’apprécient pas devoir aller courir à la poste pour un manuscrit qu’ils n’ont pas demandé.

Pour plus amples renseignements, voir "Le guide de l'écrivain" proposé par la revue littéraire "Lire".

Retour à l'accueil

 


Site hébergé par Hayka-Kultura